Saga Optibus : témoignage affligeant

J’ai 87 ans dans peu de temps, j’habite rue Tête d’Or, adhérente au service Optibus depuis 20 ans du fait de ma cécité.

Au début du mois de Novembre dernier, j’avais rendez-vous avec Optibus à destination du théâtre tête-d’Or, 60 avenue de Saxe. Le trajet représente environ 800 mètres, soit 4 minutes en voiture.

L’aller fut déjà pénible car j’ai dû attendre une voiture une vingtaine de minutes en bas de chez moi ; or la station debout prolongée me devient de plus en plus pénible. Dans la voiture, j’ai retrouvé des amis avec qui j’espérais rentrer après le spectacle. Mais ils m’ont dit qu’on venait les chercher à 21h23 alors que moi, j’étais prévue pour 21h30. J’en ai conclu que je devais rentrer avec d’autres personnes.

Sortis du spectacle à 21h15, mes amis son repartis avec leur chauffeur et moi, de plus en plus inquiète alors que l’heure passait, et ne voyant aucun autre aveugle attendant dans les parages, J’ai téléphoné à 21h35 au standardiste de garde pour lui demander pourquoi on ne m’avait pas mise avec mes amis. Il m’a répondu que j’avais été groupée avec d’autres personnes qui s’étaient annulées et qu’il allait m’envoyer une voiture dans une douzaine de minutes. Comme j’exprimais ma grande contrariété, il m’a dit : « si vous n’êtes pas contente, la prochaine fois, vous prendrez un transport privé… »

Bref, au bout de trois quarts d’heure de stationnement debout, un chauffeur m’a prise à 22h. De retour chez moi, je n’en pouvais plus de fatigue et de fureur.

Heureusement, dans ma détresse, j’ai été secourue par un charmant monsieur qui s’est trouvé être le régisseur du théâtre ; il m’a tenu compagnie jusqu’à mon embarquement.

Optibus est-il encore un service pour handicapés !

Une utilisatrice du service Optibus