Accessibilité du musée des Confluences de Lyon

Nous Notons d’abord, à Point de Vue sur la Ville (pvv), la bonne volonté des responsables du musée des Confluences de Lyon qui ont su provoquer un réel avancement autour des questions d’accessibilité soulevées lors de la première séance. Trois grands thèmes ont été abordés :

  • Amélioration de l’accessibilité, par rapport à la première présentation
  • Muséographie, sa conception
  • Présentation des espaces des collections permanentes

Amélioration de l’accessibilité

Et d'abord, amélioration de l’accessibilité des sanitaires qui, pour 50% d'entre eux,  seront accessibles à tous. Si cela vous semble peu, il faut reconnaître que c'est quand même une avancée énorme par rapport à ce qui était prévu au départ. 

On prévoit un marquage au sol qui  conduirait  les aveugles et malvoyants du tram à l'entrée du musée, mais rien n'est encore définitif et des tests seront proposés pour les bandes de guidage intérieures et extérieures. Il est question de bandes en creux contestées par certains, comprenons que rien n'est irrévocable.  

Le plus important, à mon sens, ce sont des bornes sonores utilement placées, détectables avec la télécommande de feux (utilisée par les aveugles et malvoyants) et pour lesquelles des tests seront également mis en place.   

la muséographie

Présentation du cahier des charges soumis aux normes du ministère de la Culture en termes d’accessibilité universelle.

Plusieurs thèmes ont été abordés, là encore. L’objectif est de pouvoir proposer une diversité d’activités pour tous les publics, y compris aux personnes handicapées.

Les cartels

Ils seront conformes aux normes mises en place, quant à leur hauteur au sol, à leurs contrastes, à la taille des polices d’écriture, adaptés aux personnes déficientes visuelles, à la possibilité d’informations sonores et de projections sous titrées ou en langage des signes. De plus, une attention particulière sera portée sur leur contenu et ainsi tenter de satisfaire le maximum de visiteurs, de ceux qui ont besoin d’explications simples et facilement compréhensibles, à ceux qui désirent une richesse culturelle plus approfondie.

L’éclairage

Il sera particulièrement étudié à l’intérieur du musée, au niveau des cartels et dans les vitrines afin d’être adaptés aux personnes malvoyantes.

les bornes sonores

Où les placer ? Comment organiser les audio-guides ? Quels multi médias prévoir ? Un travail complémentaire est prévu à cet effet. Ces équipements sont particulièrement adaptés aux personnes aveugles et malvoyantes.

Présentation des espaces des collections permanentes

On retrouvera quatre salles d’expositions permanentes. Elles se trouveront sur le même niveau. Elles sont autonomes et on pourra les visiter dans n’importe quel ordre en cheminant par un large promenoir. Elles abordent chacune un thème principal :

D’où venons-nous ?

Nos origines traitées sous un double thème : scientifique, et mythologique.
Les vitrines montreront ce qui se rapporte aux découvertes de la Science, tandis que des informations seront données pour raconter les légendes et autres mythes fondateurs philosophiques, cultuels, etc…

Qui sommes-nous ?

L’Homme dans son milieu naturel. En quoi l’Homme se démarque-t-il de l’animal ? Occasion de montrer les collections propres au musée Guimet : les animaux, les insectes, papillons et autres…

Notons que dans ces 2 salles, un circuit obligatoire sera mis en place.

Comment vivons-nous ?

L’Homme dans son milieu social. Comment se construit une Société par l’observation, l’échange, la création. Les expositions montreront davantage l’évolution matérielle, technique et scientifique.

Où allons-nous ?

L’Homme et son devenir : espace plus réduit que les 3 autres, plus intime, plus spirituel : réflexion sur les différents rites funéraires, ….

Pour ces 2 dernières salles, aucun circuit obligatoire n’est prévu.

Les expos temporaires se feront sur un autre niveau et seront accompagnées de davantage de tuteurs multimédias qui ne sont pas encore totalement définis.

De nouvelles réunion sont prévues les 20 mars et 29 mai afin d’améliorer encore l’accessibilité.