Zone de rencontre

La zone de rencontre a été introduite en France dans le Code de la route par décret du 30 juillet 2008.
Il s’agit d’une zone de circulation apaisée, ouverte à tous les modes de transports : les piétons pouvant se déplacer sur l’ensemble de la voirie tout en bénéficiant de la priorité sur tous les véhicules.

Si la zone de rencontre permet la circulation de tous sur la chaussée, il est recommandée – dès que la largeur de la rue le permet – de garder un (ou des) espace(s) réservé(s) aux seuls piétons : cet aménagement a pour objectif de permettre aux plus vulnérables d’entre eux de se déplacer, s’ils le souhaitent, le long de la rue, plus sereinement.

L’aménagement doit permettre une circulation aisée et en sécurité de tous les usagers, et notamment des personnes à mobilité réduite PMR, sans exclusion :

  • Les personnes aveugles ou malvoyantes doivent pouvoir identifier si elles se situent sur l’espace dédié aux seuls piétons ou sur la chaussée partagée par tous – la limite entre ces deux domaines devant être détectable (au pied et/ou à la canne) et repérable (détection visuelle pour les personnes malvoyantes)
  • Les personnes à motricité réduite, circulant en fauteuil roulant, utilisant un déambulateur, etc., doivent pouvoir circuler sur l’ensemble de la voirie – si elles le souhaitent – et franchir les dispositifs délimitant l’espace dédié aux seuls piétons de la chaussée partagée.

Afin de déterminer les dispositifs les plus efficaces, le Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques Certu a commandé au CETE de Lyon une analyse des études étrangères réalisées dans ce domaine. Les résultats sont désormais disponibles et consultables dans le rapport d’étude « Zone de rencontre – Quels dispositifs repérables et détectables par les personnes aveugles et malvoyantes ? ».

Source : Ministère du Développement durable

Au sein de ces zones :

  • les piétons peuvent circuler sur la chaussée sans y stationner,
  • les piétons ont la priorité sur les véhicules, à l’exception du tramway,
  • tous les véhicules peuvent y circuler (voiture, vélo, bus…), mais ceux motorisés ne peuvent pas excéder une vitesse de 20 km/h.

La « zone de rencontre » correspond ainsi à des espaces publics où l’on souhaite favoriser les activités urbaines et la mixité des usages sans pour autant s’affranchir du trafic motorisé : rues résidentielles, quartiers historiques, places, sorties d’écoles, rues commerçantes etc. Plus ou moins étendue, ses dimensions doivent rester toutefois compatibles avec une vitesse limite très basse pour les véhicules et une attention soutenue des conducteurs du fait de la priorité piétonne.

Une « zone de rencontre » est créée par un arrêté local de l’autorité détentrice du pouvoir de police de la circulation (généralement le maire en agglomération). Un second arrêté rend applicables les règles particulières de circulation sur la base de l’aménagement cohérent des zones et la mise en place de la signalisation correspondante.

Source : service-public.fr

Retour