Atelier citoyen sur les modes de déplacement à Bron

(Bron le 12.12.2019)

  • Projet de multiplier par quatre les déplacements à pieds
  • Il est prévu quatre séances d’ateliers citoyens sur le partage de l’espace publique et un retour lors des rencontres scientifiques en mai prochain
  • Problème du stationnement avec des voitures partout

Pendant les trente glorieuses, le développement de la voiture vue comme une image de réussite a engendré un changement de société avec la disparition des espaces piétonniers, du tram, du covoiturage qui existait déjà et abandon du vélo à un moment donné, excluant peu à peu les piétons. L’insécurité des déplacements a eu pour conséquence l’abandon de la marche engendrant une accentuation de la sédentarité, responsable de nombreuses maladie (diminution des capacités respiratoires, obésités…) mais aussi l’épuisement des ressources ou la perte de lien social, et une augmentation des accidents liés aux voitures.
Beaucoup de maladies se soignent par la marche et certains psychologues commencent à la prescrire.

Actuellement, les réaménagements urbains se font avec plus d’espaces piétonniers ou de zones de rencontre. Point de vue sur la ville évoque le problème de ces zones de rencontre qui s’avèrent dangereuses pour les personnes fragilisées. Il nous est répondu qu’à Bienne (Suisse) par exemple tout fonctionne très bien. La zone a été pensée pour tout le monde sans aucune délimitation entre les différents modes de déplacement.
Il est nécessaire de penser ces espaces, en priorité, pour la déambulation des piétons, puis des vélos, des VTC, des bus, et en fin de la voiture, alors que souvent c’est pensé à l’envers, privilégiant d’abord la voiture.
Grenoble, Strasbourg, Lyon ont développé un réseau vélo, Bron a privilégié les déplacements en vélo dans son aménagement urbain.

Dans un deuxième temps, nous avons été divisés en petits groupes pour faire un jeu de simulation de déplacements avec des personnages qui nous étaient attribués et avec lesquels nous devions effectuer 3 déplacements avec les moyens de transports les moins coûteux, et les moins polluants.
Il nous a ensuite été demandé notre ressenti lors de nos déplacements au quotidiens. Point de vue sur la ville a pointé l’anxiété lors des déplacements sur les voieries encombrées de nombreux obstacles tels que trottinettes, vélos, voitures mal garées sur les trottoirs etc., mais a témoigné de la praticité des transports en commun.

Le prochain atelier se tiendra le 22 janvier 2020.

Rédigé par Gladys Valatx