Réaménagement de la gare de Perrache et de ses environs

Le jeudi 28 janvier 2016, Point de Vue sur la Ville était convié à une réunion de présentation du Pôle d’Echange Multimodal Lyon Perrache, organisée par la commission Métropolitaine d’accessibilité.

Georges, Alain, Lilia et Rémi étaient donc sur le coup.

La réunion avait lieu à la nouvelle Université Catholique de Lyon, dans une petite salle bondée à l’étage – étages que nous avons pu compter, puisque nous avons choisi de tester l’accès par les escaliers !

On nous a présenté le nouveau projet d’aménagement du Pôle d’Echange, les intervenants répondant aux questions du public, puis nous avons fait un tour sur la Place des Archives afin que soient décrits les futurs changements apportés.

Cet énorme projet regroupe de nombreux acteurs partenaires chargés de moderniser la zone de la gare de Perrache afin d’en faire un centre d’échange moderne capable d’accueillir 200 000 visiteurs par jour en 2030, contre 100 000 aujourd’hui. La SNCF, la ville de Lyon, le Sytral, la Région et la Métropole sont associés afin de planifier les travaux à prévoir sur une zone comprenant le Pôle d’échange de Perrache, la place Carnot, le cours Charlemagne, la gare de Perrache et la place des Archives.

L’objectif est de désencombrer cet espace public et d’y rendre la circulation piétonne plus aisée : actuellement il est très difficile d’en comprendre la configuration et de s’y repérer. Le projet serait réparti en deux phases, la première échéance fixée à 2019. C’est cette partie qui est en cours de planification et nous a été décrite. L’aménagement du centre d’échange sera traité dans un deuxième temps.

Le passage sud-nord sera facilité avec une nouvelle liaison piétonne partant de la place Carnot et rejoignant la place des Archives, elle même réaménagée. La ligne de tramway du T2 sera prolongée jusqu’à l’arrêt Suchet, permettant ainsi une correspondance avec le T1. Au nord de la place Carnot l’accès métro sera élargi, et un nouveau sera créé, plus pratique pour les habitants du quartier.

L’aménagement des tunnels a été décrit en détail : celui existant, pour le moment bruyant du fait des voitures et perclus d’humidé, deviendra exclusivement piéton avec une voie piétonne et une voie vélo conjointe. La partie piéton sera surélevée par rapport à celle des vélo, d’une hauteur de 10 à 15cm, formant ainsi une sorte de quai détectable par les non-voyants. La présence de balises sonores ayant été annoncée, nous n’avons pas eu besoin de les réclamer.

La place des Archives et une partie du cours Suchet et du cours Charlemagne devenant zone piétonne, leur accès devrait être réservé aux véhicules des résidents, ainsi qu’aux véhicules de livraison suivant des horaires limités encore en débat auprès des commerçants.

Une part de l’ancien revêtement au sol sera conservé, provoquant les protestations des représentants des handicapés moteur, qui rappellent qu’un revêtement accessible est lisse sans être glissant. Ils ajoutent que les revêtements plus esthétiques peuvent être employés sous forme de bandes décoratives tant qu’elles n’entravent pas le cheminement, et elles peuvent alors servir de bande de guidage pour les déficients visuels.

Il est question des stations Velov existantes qui pourraient être déplacées : Point de Vue sur la Ville souligne qu’elles n’ont pas à être sur les trottoirs où elles bloquent le passage, et ont tendance à encourager les vélos à rouler sur le trottoir dans la continuité de leur place. On devrait s’assurer la présence d’une lissebasse les décourageant de monter sur les trottoirs.

photo Georges salle de conférence

Georges intervient ensuite au sujet des vélos et de leur stationnement sauvage le long des barrières, pour témoigner d’une initiative intelligente de la ville de Strasbourg. Là, un espace est ménagé entre les barrières et le bord du trottoir. Du coup, les cycliste garent leur vélo côté chaussée et ne gênent ainsi pas le passage.

La question de l’éclairage dans le tunnel fait débat : les architectes ont imaginé des regroupements de lampes sur pieds, sensés apporter de la chaleur dans l’environnement et indiquer les entrées de métro… Un cauchemar pour les aveugles avec des mâts disposés en quinconces dans le passage. On nous parle d’un problème de fixation au plafond, mais l’opposition aux mats est ferme.

Enfin, c’est la largeur de rue accordée à chaque type d’usager qui fait question du côté de Suchet.

L’aménagement du passage souterrain est prévu pour 2017 : à la moitié de l’année la circulation sera arrêtée à Suchet. En 2018 c’est au tour du passage sud, puis en 2019 on fera un sort au grand escalator de la place des Archives que les architectes ont surnommé le Goldorak du fait de son architecture typée années 80.

On nous explique que ce qui nous est présenté n’est qu’un prototype du projet, le but étant de tenir compte des avis avant de nous représenter une version plus définitive d’ici quelques mois.

photo perrache groupe extérieur

Ensuite vient une visite commentée de la place des Archives et de ses futurs aménagements. Malgré la présence d’audioguides ces explications in situ n’ont pas grand intérêt pour des personnes déficientes visuelles, car surtout basée sur des commentaires du type « là, vous voyez, on va percer le mur ».

Georges en profite pour demander à l’urbaniste en charge si elle pense intégrer plus de plantations d’arbres : impossible en pleine terre dans la partie Est de la place des archives, du fait d’un parking souterrain, mais prévu devant la façade du bâtiment des Archives. En revanche, côté Carnot, une partie des platanes devra être coupée pour permettre les aménagements.

 

Rédigé par Rémi