Commission Métropolitaine d’Accessibilité de Bron

1 – Préambule

Le but de la CMA de Bron était de présenter le calendrier de la commune pour l’application des Ad’AP.

Nous étions un petit groupe à nous réunir ce 19 janvier, comprenant des représentants du CARPA, d’APRIDEV, d’ADAPEI, du service des sports, la déléguée à la santé et au handicap,  l’adjointe aux éclairages publics et une représentante du service technique. Gladys représentait Point de Vue sur la Ville.

La délibération de Bron du 30 novembre 2015 a pu statuer sur 20 attestations d’accessibilité, et enregistrer 64 ERP en demande d’installation.  Compte tenu du nombre important de ces structures, l’établissement de l’AD’APH ne pourra se faire que sur 9 ans (sur 3 périodes de 3 ans). Le représentant d’APRIDEV fait alors remarquer que plus de la moitié du budget lié à l’accessibilité est laissé à la dernière période.

La Mairie répond qu’il s’agit d’aménagement d’ascenseurs qui pourront être réfléchis sous forme d’un autre aménagement des services d’accueil  entre temps, pouvant peut-être à terme en réduire le besoin et le coût.

Gladys pose la question du cheminement d’un déficient visuel jusqu’aux établissements, donnant l’exemple ne serait-ce que de la Mairie devant laquelle des personnes malvoyantes sont déjà tombées. Des idées comme des balises sonores à l’entrée, nez de marches contrastées sont proposées.

Il est expliqué que des travaux d’aménagement sont déjà en cours et prévus dans les 3 ans (contremarches, prolongement de main courante…), qu’il se fera également des travaux  d’adaptations qui pourront être réalisés par le centre technique d’entretien courant directement, que des formations du personnel municipal ont commencé à se faire avec l’ADAPEI, qu’il est prévu un lien avec la Métropole  pour un cheminement continu entre la voirie, les TCL, et le lieu où on se rend, ainsi qu’un traitement de la signalétique.

Gladys rappelle aussi que la signalétique peut être autant utile au handicap mental que visuel, et  qu’il est toujours mieux de pouvoir consulter les associations handicapées avant pour tester le terrain et conseiller plutôt qu’après les aménagements. Il est répondu qu’un groupe de travail va justement se mettre en place.

2 – Les travaux prévus

  • L’Ecole maternelle Alsace Loraine : travaux d’isolation par l’extérieur, avec réalisation de l’accessibilité en même temps. Le portail, la sonnette, l’accessibilité de l’accueil et d’une toilette adaptée sont prévus. Les travaux devraient durer d’avril à septembre 2016.
  • L’école Jules Ferry : travaux d’isolation thermiques par l’extérieur, avec aménagement de l’accessibilité en même temps : accès principaux avec aménagement d’une rampe, contremarches, signalétique.
  • Pestorri (réaménagement de l’ancienne médiathèque, où se trouvera le service des sports) : Aménagement de l’accès au RDC (l’étage étant davantage réservé aux RDVs). Sont prévus une rampe d’accès, une boucle magnétique, un parvis avec des contremarches contrastées, un cheminement bétonné direct depuis la rue Roosvelt, à faire tester par des personnes déficientes visuelles lors du groupe de travail. Il est question d’une réflexion également sur l’accueil des bureaux d’accueil.
Le représentant d’APRIDEV pose la question des places de stationnement réservées, utiles aussi aux taxis et Optibus (actuellement 2) qu’il pourrait être utile de développer plus proche des équipements.

D’autres travaux de moindre envergure sont prévus courant 2016 :

  • L’école maternelle la Garenne où il y a un problème de seuil de porte.

  • Le restaurant de l’école Anatole France, avec la création de rampes d’accès et de toilettes adaptées.

  • Les travaux déjà entamés aux Halls des sports, avec une sonnette abaissée, un escalier métallique fermé pour ne pas se cogner dedans en passant, des mains courantes et contremarches reprises, ainsi il ne restera à aménager que l’ascenseur pour 2018.

  • Le Pôle des Essarts : une très grande pente intérieure sans paliers de repos à revoir, et les contremarches à refaire.

  • Deux gymnases qui accueillent déjà des personnes handicapées.

Gladys pose la question du cheminement très compliqué depuis la rue de la Marne (bus éloigné au bas de la rue, allée difficile à trouver et entravée d’obstacles) pour se rendre en autonome à la piscine ou à la MJC. Elle propose de réfléchir à des repères tactiles et balises sonores. Cette suggestion est notée et sera étudiée.

3 – Sensibilisation au handicap mental :

Le représentant de l’ADAPEI explique la 1ère  sensibilisation qui a eu lieu auprès de 2 groupes de 20 agents d’accueil. Il insiste sur l’importance de l’empathie envers chacun avant même de pouvoir détecter le handicap. Le ressenti du service s’exprime aussi dans une réflexion sur sa façon d’être auprès de tous les publics.

4 – Questions diverses :

En fin de réunion sont évoqué les problèmes des vélos qui circulent sur les trottoirs, ainsi que le stationnement sauvage, souvent près des écoles.

Gladys rappelle que c’est non seulement de l’incivisme mais que les mauvais conducteurs mettent en réel danger les publics déjà fragilisés (enfants, poussettes, fauteuils, personnes âgées malmarchantes), et donne l’exemple de la Journée de la Prévention routière faite dans le 8ème comme une initiative possible à réaliser à Bron pour faire passer le message auprès des habitants.

Elle signale également des problèmes de traversée dangereuse sur l’avenue Mendès France (entre l’hippodrome et la faculté) où la durée du feu est extrêmement  courte, ainsi que le besoin d’une sonorisation des feux devant l’arrêt de bus « Bois de Parilly » et « Rebuffer ».

La prochaine CMA se tiendra à l’automne, mais un groupe de travail doit se constituer en Avril.

Rédigé par Gladys Valatx