Pont Raymond Barre – Nouveau test de matériaux pour le séparateur de zones

Lors de la réunion du 24 septembre 2014proposant trois solutions pour enrayer la chute des cycliste sur le séparateur de zones entre piste cyclable et espace piéton, un test de matériaux avait été demandé.

Ce test a eu lieu mercredi 10 décembre 2014, sous la pluie, un froid pinçant et un vent glacial, au beau milieu du pont Raymond Barre. Nous étions deux adhérents de Point de Vue sur la Ville, Hichem Houama et moi pour participer au test.

Rappelons que ce pont est réservé aux modes doux, piétons, cyclistes et tramway.  » Le séparateur de zones est constitué d’une sorte de rail métallique perforé qui serait à l’origine de nombreuses chutes de cyclistes. ces chutes ont été largement relayées par les médias locaux. La Présidente de Point de Vue sur la Ville, Lilia Ouerdi, avait contestés ce battage médiatique en son temps.

La bande en PVC recouvre le rail perforé Un échantillon de plusieurs mètres de longueur d’une bande de PVC nous a été présenté. Ce matériaux sert, habituellement, de couverture aux cheminement de câbles. Sa partie inférieure est constituée d’une gorge de 4 cm de largeur et de 2 cm de profondeur devant coiffer le rail métallique. De part et d’autre de cette partie, une bande chanfreinée d’environ 5 cm de large vient se plaquer contre le bois du sol. Cette bande devra être collée. Si elle devait se décoller avec les intempéries, elles pourrait être refixée par des rivets.

Un cycliste traverse le séparateur de zones Une fois posée en place, la surface supérieure de la bande de PVC, forme une sorte de bourrelet entre la piste cyclable et l’espace réservé aux piétons. Elle a été jugée satisfaisante au cyclistes, car elle reste franchissable, bien qu’elle conserve une certaine glissance, surtout en cas de freinage.

Un aveugle suit le séparateur de zones Pour les personnes déficientes visuelles, nous trouvons que ce séparateur de zones convient parfaitement. Son relief est suffisant et il n’accroche pas la canne blanche des personnes aveugles.

Personne en fauteuil roulant sur le séparateur de zones Le matériaux ne pose aucun problème aux personnes en fauteuil roulant.

Après réflexion, les associations de cyclistes ont demandés un matériaux plus rugueux. Il a été proposé de recouvrir cette bande en PVC d’une peinture blanche fluorescente incluant des particules afin de la rendre moins glissante. Point de Vue sur la Ville pense que le contraste n’en sera qu’amélioré avantageant les personnes malvoyantes.

En conséquence, un nouveau test de matériaux sera programmé au printemps prochain avec un prototype en situation réelle.

Alain Carlier