Sensibilisation du personnel de la Caisse d’Epargne aux handicaps

Les associations représentant les différents handicaps étaient présentes. Philippe représentait Point de Vue sur la Ville.

Cette agence a été nouvellement réaménagée, avec des écrans tactiles disposés en îlots dans le hall.
Ceci afin d’éviter les files d’attente devant des guichets.
Les clients pourront ainsi avoir des réponses en dialoguant avec ces écrans.

Ces écrans ne sont pas vocalisés pour les personnes déficientes visuelles.
La grandeur du hall rend assez difficile le repérage par une personne non-voyante.
Espérons qu’un conseiller viendra à notre rencontre lors d’une visite.

La permanente du CARPA a fait une Présentation des bonnes pratiques à adopter pour chaque handicap.
Cette présentation s’appuyait sur une présentation Powerpoint, donnant quelques chiffres concernant le nombre de handicapés en France, par type de handicap.

Ensuite, chaque représentant des associations devait présenter un scénario devant un conseiller Caisse d’épargne, et ce, quatre fois.
C’est ainsi que j’ai pu constater qu’un distributeur de billets était vocalisé à l’intérieur des locaux. J’ai pu ainsi retirer des espèces en toute autonomie.
A noter que, contrairement à d’autres distributeurs vocalisés, le fait de brancher des écouteurs ne désactive pas l’écran.

A la question : « Peut-on recevoir les divers documents par mail lors d’un entretien ? », le conseiller m’a répondu positivement, mais ce ne sera qu’une photocopie. Donc, assez difficile à exploiter pour un non-voyant par scanner.

A noter la présence d’un réseau WIFI, permettant d’apporter avec soi un ordinateur ou une tablette afin d’exposer un problème sur leur site par exemple.

Une curiosité : l’ascenseur !

Il s’agit en fait plutôt d’un élévateur. En effet, afin d’accéder au 1er étage où se situent les bureaux, il existe un élévateur. Celui-ci comporte une porte battante qui s’ouvre automatiquement vers l’extérieure lorsqu’on l’appelle. Il faut donc laisser de la place devant celle-ci afin qu’elle puisse s’ouvrir…

Ensuite, lorsqu’on se trouve dans la cabine, les boutons sont situés au fond, face à la porte. Une disposition pas très courante et plutôt déroutante pour une personne déficiente visuelle. Ces boutons ont la forme de gros champignons, marqués en braille, 0 et 1. Il faut maintenir la pression sur ces boutons durant toute la phase de déplacement de la cabine, sinon, elle s’arrête et on se trouve entre deux étages… Curieux, non ?
Il est à noter qu’il n’y a pas de double porte (intérieure et extérieure), ce qui peut s’avérer dangereux pour un enfant accompagnant ses parents.

Lors de la conclusion de cette matinée, le responsable d’agence n’a pas donné d’explication concernant l’installation d’un tel élévateur en lieu et place d’un ascenseur traditionnel.

Ce système répond-il aux normes d’accessibilité et de sécurité ?

En conclusion, je dirai que ce type d’agence ne change rien pour un non-voyant, dans la mesure où il n’est pas plus autonome que dans une agence traditionnelle. Il le serait même plutôt moins, du fait des écrans tactiles non accessibles.

De plus, l’absence de guichet rend les déplacements aléatoires.
Il est à souhaiter que l’un des conseiller viendra rapidement à notre rencontre lors d’une visite. Ils sont actuellement au nombre de 10.
Mais ce type d’agence n’a-t-elle pas pour finalité de réduire le personnel ?

Philippe CARLIER