Déception place Bellecour

Déception place Bellecour

Mercredi 22 mai 2013, une visite de fin de chantier de la mise en accessibilité de la traversée de la place Bellecour à Lyon était organisée. Etaient présents Madame Laetitia Formisano pour la Ville de Lyon, Monsieur Poussin pour le Grand Lyon, Maurice Bost pour le CARPA, Georges Masson et moi-même pour Point de Vue sur la Ville.

Traversée de la place

Cet aménagement consistait à rendre accessible la traversée de la place Bellecour dans sa largeur, depuis la rue Victor Hugo jusqu’à la rue de la République.

En 2009, Point de Vue sur la Ville avait été impliqué dans le projet de rénovation de la place Bellecour. Il s’agissait de réaliser une large allée qui traverse de bout en bout la place, d’Est en Ouest. La mise en accessibilité faisait partie de ce projet et ses acteurs jouaient le jeu. Seulement, des partenaires du Grand Lyon ont refusés de mettre en place cette accessibilité.

Le 4 décembre 2012, une rencontre sur le terrain avait réunit les différents partenaires afin de remédier au défaut d’accessibilité de cette traversée. J’avais moi-même participé à cette rencontre. Lors de cette confrontation, il était question de remplacer la bande de guidage métallique très accidentogène pour les cyclistes qui, d’ailleurs, n’ont rien à faire sur un espace strictement réservé aux piétons ! Un échantillon de bordure était proposé. Pour moi, il s’est avéré difficile de juger de la pertinence d’un échantillon si petit parfaitement posé. De plus, l’architecte, refusait qu’une bande de guidage traverse l’espace de cette large allée. Le choix qui nous a été proposé ce jour-la, consistait soit à laisser l’espace tel, c’est-à-dire aucune aide pour la traversée, soit placer des clous simulant une bande de guidage. Mon choix c’est bien sûr porté sur la rangée de clous !

Le résultat est catastrophique :

  • en venant de la rue Victor Hugo, après la traversée de la chaussée Sud comportant un feu tricolore équipé de synthèse vocale, j’ai heurté un plot en pierre et j’ai basculé par-dessus.
  • La bordure en pierre servant de bande de guidage ne débute que très loin de la traversée, plus de 5 mètres.
  • Cette bordure qui fait une dizaine de centimètres de largeur est difficile à détecter car elle ne dépasse que de un centimètre. Je suis responsable de ce défaut car lors de la présentation, l’échantillon présenté était très petit et sa pose était parfaite. Je n’avais pas imaginé qu’en site réel, le relief pourrait être amoindri. Une hauteur de deux centimètres aurait été préférable.
  • Une rangée de clous a été installée en haut des escaliers des bouches de métro aboutissant de ce côté. Elles sont très difficiles à détecter, la canne passe à côté des clous.
  • La bordure se termine en abordant l’allée qui traverse la place d’Est en Ouest.
  • Une rangée de clous, là aussi, prolonge cette bordure. Comme la précédente, elle est très difficile à détecter. On peut tenter de la suivre avec les pieds, mais lorsqu’elle tourne à 90° vers la droite face à la statut de Louis XIV, on la perd immanquablement.
  • La rangée de clous s’interrompt lorsqu’on aborde l’allée en biais menant à la rue de la République.
  • Il faut alors suivre le rebord de cette allée.

Nous sommes d’autant plus déçus à Point de Vue sur la Ville, que l’association avait fait des préconisations d’aménagement, dès l’étude du projet en 2009 qui n’ont pas été respectées.
Ce type d’aménagement n’est donc pas à renouveler.

Protection des jeunes arbres

Des armatures en bois maintiennent et protègent les nouveaux arbres plantés pendant environ deux à trois ans. La planche qui maintient l’écartement en haut de ces armatures est placée à environ 1,80 mètres. La canne passant entre deux poteaux verticaux, c’est la tête de la personne aveugle qui viendra heurter cette planche. L’ajout d’une planche à mi-hauteur permettrait d’empêcher toute intrusion entre les poteaux.

Toilettes publiques

De nouvelles toilettes ont été installées derrière l’office du tourisme. Une cabine est aménagée pour recevoir des personnes handicapées en fauteuil roulant.

Les urinoirs sont bien séparés par un panneau permettant aux aveugles de les repérer facilement sans mettre les mains à l’intérieur.