Activités de la semaine 9 du 25 février 2013

Un seul événement cette semaine :

Lundi 25 février, une adhérente de PVV a participé aux tests de la signalétique des rives de Saône.

Point de vue sur la ville et l’AVH font remarquer les caractères très peu lisibles (trop concentrés) et un plan minuscule inutilisable par une personne malvoyante (qui ne pourra donc pas se positionner).
De même, les tracés des pyctogrammes sont extrêmement fins (la barre dinterdiction peu visible par exemple et difficilement différenciable des autres pyctogrammes).
L’ensemble du groupe appuie également sur l’incompréhension de certains pyctogrammes (comme l’interdiction de consommer du poisson péché dans la Saône représenté par un poisson entre 2 couverts).

Nous proposons de séparer plus clairement les interdictions des autres par un code couleur (logiquement rouge et vert) .
Mais on nous répond que le code couleur ne sera pas forcément compris par tous et qu’il faudrait une légende (alors que panneau déjà lourd en infos) .

Point de vue sur la ville et l’AVH insistent aussi sur le fait que ce ne sont pas les meilleurs contrastes.
Mais on nous répond que c’est la couleur rouge qui a été choisie pour ce projet et qu’il faut garder une cohérence, que n’ont pas été choisi justement les grands panneaux verts comme ailleurs car trop grands (prennent trop de place sur de petits chemins par exemple), et ne serait pas suffisamment visible et repérables de loin (ce qui n’est pas forcément faux, même si l’écriture reste de taille plus respectable et plus contrastée, avec moins de fatigabilité visuelle sur le panneau vert habituel une fois qu’on l’a trouvé).

Point de vue sur la ville relance donc plusieurs fois sur l’idée des balises sonores pour repérer l’accès au quai comme le repérage des informations sur l’œuvre à proximité.
Mais cela ne semble pas prévu dans le projet.

CLAS et CARPA propose de garder un encadré rouge pour le rappel de la couleur du projet, avec les infos à l’interieure noir ou rouje sur fond blanc.
Point de vue sur la ville et l’AVH rappellent l’aspect souvent éblouissant du blanc.
Le Grand Lyon répond qu’il sera bien attentif à ne pas utiliser des matériaux brillants.

La question de l’éclairage du panneau est également évoqué par l’ensemble du groupe (une lumière indirecte non éblouissante mais permettant suffisamment de rendre lisible les informations).
Concernant le panneau sur l’œuvre à proximité, même problème de contraste, avec des caractères blancs concentrés sur fond rouge, non séparation distincte du texte français de l’anglais en centre de panneau, alors qu’une grande place à gauche réservée au déssin de l’œuvre et à droite à une photo de son artiste.
Point de vue sur la ville propose donc de réduire la photo et la positionner sous le dessin de son œuvre, afin de pouvoir laisser une bien plus grande place au texte dont on pourrait alors agrandir les caractères et séparer bien plus clairement le français de l’anglais par des petits drapeaux correspondants, pour éviter une fatigabilité de l’œil et pouvoir aller tout de suite à l’essentiel.

Enfin, concernant le repérage des accès en haut de quai, le Grand Lyon explique qu’il y aura une grande bande bétonnée plus claire en arrivant à proximité de l’accès.
Point de vue sur la ville insiste sur l’importance également du changement de texture pour être aussi repérable à la canne (puisque pas de balise sonore), même si l’idéal serait les 2).