Eclairage public et malvoyance par des étudiants de l’INSA de Lyon, GCU

Les politiques de réduction des dépenses publiques engagées ces dernières années encouragent à diminuer la consommation énergétique au sein de la Ville. Parmi ces dernières, les plus préoccupantes concernent l’éclairage public du fait de son coût. La traduction de ces politiques sur le terrain s’avère donc très intéressante au vu des chiffres de réduction de consommation annoncés. L’influence sur le confort visuel des usagers risque-t-il de s’en faire ressentir ? Les déficients visuels étant les premiers concernés par les modifications de l’éclairage public, l’analyse de leurs besoins et de leurs exigences nous permettra d’en mesurer finement l’influence. Par l’intermédiaire d’une expérimentation menée à Lyon, un ensemble de critères, émanant directement des recommandations délivrées dans l’étude, permettra d’élaborer une grille d’évaluation rendant compte ou non de l’adaptation d’un éclairage. La validation et l’amélioration de cette grille d’évaluation se fera grâce à une mise en situation de malvoyants et à une collecte de leurs témoignages. Au vu de leurs attentes, nous pourrons apprécier la compatibilité entre ces réductions de dépenses publiques et l’amélioration de leur confort visuel. C’est un réel enjeu qui s’ouvre aux acteurs des projets de rénovation de voirie car le vieillissement croissant de la population accroitra le nombre de déficients visuels ces prochaines années, mais sont-ils prêts à engager des concertations et une réflexion à ce sujet ?

Lire le rapport complet ici

Ce rapport a été réalisé par
Cyril Othman,
Charles Perrier,
Romain Pittet,
Franck Ramiro,
Stéphane Sahaguian,
Département Génie Civil et Urbanisme
INSA de Lyon