Échanges chez le Défenseur des Droits

La rencontre fut un peu décevante avec l’impression fatigante d’une grande dépense d’énergie pour un résultat, somme toute, assez faible, mais il y a une petite lumière au bout du tunnel. Fixons la bien.

Cette rencontre a réuni :

  • 4 représentants du défenseur des Droits Mr Jacques Toubon
  • 4 représentants de Point de Vue sur la Ville
  • 2 représentants de la CFPSAA

Une fois encore, une délégation de Point de Vue sur la Ville s’est rendue chez le Défenseur des Droits ce mardi 19 avril. Il s’agit de de défendre notre demande d’obtenir des informations parlées sur la phase verte des feux tricolores sonorisés. Il faudra compter que ce ne sera pas la dernière.

En effet, la posture de la CFPSAA reste très hermétique. Elle garde une attitude hautaine et fort désagréable, ne cédant absolument rien mais sans aucun argument pour un refus catégorique de cette information parlée sur la phase verte des feux. Elle se réfugie derrière son titre de seul représentant des personnes déficientes visuelles auprès des officiels gouvernementaux « et du test réducteur en 2000 par le CERTU. Ce test, est contesté par de nombreux déficients visuels qui considèrent l’expérience peu convaincante en raison de la très faible représentativité de ceux-ci, accompagnés de quelques professionnels. C’est pourtant cette expérience qui a initié l’arrêté du 8 avril 2002. Elle refuse avec un dédain méprisant l’enquête réalisée par Point de Vue sur la Ville en janvier 2014, ne lui accordant aucune valeur puisque, non officialisée par les instances d’Etat. Elle brouille les cartes au maximum avec ce qui se fait à l’étranger, parle de l’international et embrouille encore en évoquant les actions sur la voierie.

L’enthousiasme et la pugnacité de nos 4 représentants semble pourtant ébranler quelque peu les collaborateurs de Monsieur Jacques Toubon. À plusieurs reprises ils ont jugé nos arguments recevables. Toutefois, on a l’impression qu’il y a eu un « hic » lors de notre précédente démarche. Je dis bien, on a l’impression, pas de certitude, pourtant, proposition nous est faite de repartir à zéro.
Nous le vivons comme un signe positif.

Vingt fois sur le métier, etc. Nous nous revoyons donc mardi, tous les quatre, pour monter un dossier sans faille ni reproche afin de battre le fer tant qu’il est chaud.

À suivre…

Rédigé par Odile Boisson.

Voir aussi :

Historique