Nouvelle forme de corruption

Aujourd’hui, alors que je marchais assez vite dans une des rues que j’emprunte chaque jour pour aller au travail, je me suis heurtée à une grosse voiture qui s’était garée à la perpendiculaire du trottoir. J’ai mis ma canne (blanche) à droite à proximité du mur pour trouver un passage, mais j’ai constaté qu’il n’y avait pas de passage possible. Alors j’ai mis ma canne à gauche, mais je me suis rendue compte qu’à gauche, pas de passage non plus, à moins de descendre sur la route. N’ayant pas d’autre alternative, je suis descendue sur la route et j’ai contournée rapidement le véhicule pour retrouver le trottoir.

Prise d’une colère rouge, j’ai pris mon téléphone pour appeler la police municipale. Sur l’instant, poser un autocollant n’était pas suffisant pour atténuer mon état. Et le standard me fait patienter, patienter. Lorsque la police décroche enfin, la communication est coupée.
Je décide de reprendre l’appel lorsque le propriétaire du véhicule arrive…
Je parle à la police dans mon téléphone et j’incendie le propriétaire de l’autre côté. Je finis par raccrocher avec la police pour mieux parler au contrevenant. Il se fond en excuses multiples. Il dit qu’il n’avait pas réalisé les conséquences de son acte, mais qu’il comprend maintenant.
Alors que je reste devant lui à le culpabiliser à mort, il ne sait plus quoi faire.
Il finit par trouver une solution … mais à ce moment-là, j’aurais aimé être sourde.
Alors que j’étais debout sur le trottoir, il me propose de l’argent.
« Mais pour qui me prend-il ? »
Très maladroit, il pensait que pour s’excuser, l’argent allait me calmer. Mais cela n’a fait que m’enflammer !
Je lui ai dit : « mais ça va pas non ! »
J’y suis allée avec mes explications et je lui ai demandé de prendre un papier et de noter bien attentivement les infos relatives à notre site et de bien aller lire ce pour quoi nous militons et de pratiquer les bons gestes.

Je l’ai senti finalement désolé et il m’a dit qu’il avait vraiment inscrit dans sa tête le danger qu’un véhicule mal garé pouvait occasionner. Etre livreur de colis n’est sans doute pas facile, mais se prendre des véhicules alors qu’on ne s’y attend pas, n’est pas facile non plus.

Plus tard, j’ai rigolé, car le fait de me proposer de l’argent sur un trottoir ne m’était encore jamais arrivé. C’est une nouvelle forme de corruption pour ne pas appeler la police ou pour me dédommager du préjudice.

Bientôt, nous n’aurons plus besoin de juge, car les délinquants fixeront eux-mêmes leur peine.

Souhila