Des dispositifs de guidage pour tous les handicaps

Par François Ploye – LES CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT – Publié le 26/05/2014 à 11:32

Hall d'entrée

Largement ouvert au public mais labyrinthique, l’hôtel de la région Rhône-Alpes a bénéficié d’une démarche Haute qualité d’usage innovante en matière d’accessibilité pour tous les handicaps. Des équipements de guidage multisensoriels ont été généralisés.

Les différents services du conseil régional ont été regroupés dans un nouveau bâtiment construit à Lyon Confluence (69). Réalisé par l’Atelier Christian de Portzamparc, l’hôtel de la Région Rhône-Alpes a ouvert ses portes au public en 2012.

Cubique, avec quatre façades presque semblables, l’hôtel est constitué de trois grands corps de bâtiments parallèles, enserrant deux «ruelles» vitrées, l’atrium et le jardin d’hiver. Ces grands espaces intérieurs ouverts au public, contiennent un plateau consacré aux expositions. Sept passerelles en hauteur créent des circulations protégées entre services.

L’architecte a défendu sa vision d’une maison de la démocratie ouverte à tous, avec une conception complexe et labyrinthique, qui joue l’alternance des ambiances. Une innovante démarche HQU (Haute qualité d’usage) a été mise en œuvre par la Région, qui va plus loin que la simple accessibilité. L’objectif est de permettre à toutes les personnes handicapées de se déplacer au sein du bâtiment, en toute autonomie.

L’étude d’accessibilité a été menée par un bureau d’études spécialisé, le Cridev, qui est à l’origine du HQU et qui a mis en œuvre son concept de signalétique pour tous.

Trouver l’entrée…

Pour l’hôtel de Région, le Cridev a choisi trois symboles : le rond, le carré et le triangle pour les trois ascenseurs, ainsi qu’une couleur par étage. Elle a associé des symboles à chaque salle de réunion. Ces symboles sont présents sur la table d’orientation et sur les plaques de porte. Les différents dispositifs multisensoriels mis en place, telle la table, mais aussi les potelets extérieurs et les bornes, constituent l’originalité de la démarche.

La société lyonnaise EO Guidage a été chargée de concevoir ces installations et de créer leurs contenus. «La démarche est extrêmement complète, assure Lise Wagner, experte en accessibilité chez EO Guidage. L’idée est de guider le visiteur dès qu’il arrive aux abords du bâtiment jusqu’à son arrivée à une salle de réunion précise.» En effet, une personne malvoyante arrivant à proximité du bâtiment peut utiliser sa télécommande normalisée qui fonctionne pour les feux piétons sonores. La télécommande lui sert à localiser les potelets autonomes situés dans chaque angle du bâtiment. Ceux-ci l’aident à trouver l’entrée, grâce à un plan simplifié, visuel et tactile (en relief et en braille), pourvu d’un bouton-poussoir, afin d’obtenir une description sonore.

Ensuite, interviennent plusieurs balises sonores Navigueo, placées à l’entrée et à plusieurs points stratégiques. Elles servent à localiser l’entrée, donnent diverses informations telles que les horaires d’ouverture, et guident le visiteur vers l’accueil ou vers la table d’orientation.

Un potelet

… et se repérer dans le labyrinthe

Une des grandes forces du système réside dans sa Table d’orientation multisensorielle, ou TOM, avec son plan visuel et tactile de l’ensemble du bâtiment. «Cette table est une nouveauté, explique Lise Wagner. Il s’y trouve un répertoire de l’ensemble des salles de réunion, soit plus d’une quarantaine, auxquelles s’ajoutent d’autres points d’intérêts comme l’espace d’exposition temporaire ou la cafétéria. Avec un simple bouton, le visiteur obtient une description d’itinéraire, sous trois formes, audio, texte et affichage, sur le plan.» Les ascenseurs sont équipés de boutons en relief et en braille, et une boucle électromagnétique permet aux malentendants, en cas de problème dans l’ascenseur, de pouvoir communiquer avec les services de secours. D’autres éléments en braille sont présents, afin de se repérer, tels les manchons sur les mains courantes, qui donnent les numéros d’étages dans les escaliers, ainsi que des plaques sur les portes indiquant le nom et le symbole de la salle.

Table d'orientation multisensorielle

Concevoir un cheminement multisensoriel

Sont également présents sur le site des éléments plus classiques, voire réglementaires, tels que les rampes d’accès pour les personnes à mobilité réduite ou les chemins de guidage podotactiles. Ceux-ci permettent de structurer l’espace, de se repérer dans l’immensité du hall d’entrée et mènent vers les ascenseurs ou vers la salle d’assemblée. Depuis l’accueil, en suivant ces chemins gravés au sol, il est possible de rejoindre la table, les ascenseurs ou l’assemblée. Des bandes d’éveil de vigilance en clous inox sont placées en haut des escaliers.

Sur tous les projets où est impliqué EO Guidage, le credo est de concevoir un cheminement multisensoriel, avec un dispositif adapté au plus grand nombre et ne nécessitant pas d’apprentissage. À cette fin, l’information est dupliquée avec du visuel, du tactile et de l’audio, ainsi que du podotactile. «Ce projet constitue un cas particulier de par son ampleur et de par le fait de guider le visiteur dans la profondeur du bâtiment jusqu’aux différentes salles de réunion, constate Lise Wagner. Depuis l’ouverture au public, nous avons dû modifier des choses. Mais les principes du dispositif de guidage sont restés constants. Les modifications étaient dues simplement à des réorganisations de l’espace, telle la suppression ou la création de salles de réunion.»

Source : le moniteur