Commission de Lyon 8ième

Lors de la Commission du 8ème arrondissement de Lyon, ce mardi 25 février 2014, notre adjoint au handicap nous a fait entendre qu’il ne se représenterait pas sur la liste du prochain mandat, et a laissé auprès des représentants d’associations présents une certaine inquiétude quant à une suite ou non de ces commissions après les élections. Nous ne pouvons qu’espérer que tout le travail partagé et l’écoute des difficultés de chacun ne sera pas revu à la baisse.

Nous étions nombreux venus pour cette « dernière » commission dont : Point de Vue sur la Ville, Restons mobiles, APF, CLASS, Association des malentendants, ATHA, ADAPEI, Association des aphasiques, Tandem, CARPA, le CIL, 2 techniciennes de la Ville de Lyon et une technicienne du Grand Lyon.

On nous a tout d’abord énuméré tous les problèmes le long des cheminements de la voirie qui ont été pris en compte, discutés, ou améliorés, comme par exemple la rue Gaston Brissac au trottoir très étroit et peu accessible et que tout le monde emprunte, devant marcher sur la rue, pour aller soit à la MJC, soit à l’école, et qui sera mis à la discussion dans les jours qui viennent.

C’est aussi l’exemple de questions concernant la promenade Professeur Morat qui ont été remontées, mais dont les réponses par courrier n’ont pas été satisfaisantes (comme celle des éclairages au sol éblouissants pour les personnes malvoyantes, à laquelle il a été répondu que ceux-ci sont au contraire un confort pour les autres usagers, ou encore la demande d’une lisse basse de guidage le long des végétaux, alors dit « non-réalisable » et « déjà bien contrasté ». Problème également de repérage de l’entrée de la promenade par un système de chicane compliqué que l’on garde en discussion, avec proposition d’une bande d’éveil de vigilance de texture différente repérable au pied ou à la canne.

Puis, un temps a été consacré à l’information sur l’enquête nationale sur les feux sonores, mais j’ai regretté que les 2 personnes mal et non-voyantes présentes n’en est pas plus été informées, ou ne s’y soient pas plus intéressé avant, l’une disant qu’elle n’avait eu personne pour l’aider à y répondre. Ma question est que faire ? Soit les associations ne relayent pas, soit elles inondent leurs adhérents sans apporter de véritable accompagnement.

Enfin, nous avons passé un long moment sur la labellisation ou non de certains commerces comme handi-accueillants En résumé, 103 commerces ont été labélisés, dont un quart ont changé de gérant et doivent être revus. Un courrier de la ville leur sera envoyé pour rappeler les obligations règlementaires.

Ainsi, la dernière commission du 8ème a dû s’arrêtée dans la précipitation à 16 h 30.

Rédigé par Gladys.