Protection des zones de chantier

La Commission PMR du Comité de pilotage « INNOVATION » Dépollution Energie & Télécom, Eau, Ouvrages d’Art, Route, Propreté de la société SERFIM a engager une réflexion destinée à améliorer la communication sur les chantiers urbains à l’attention des Personnes à Mobilité Réduites et de la nécessité de la mise en place d’équipements spéciaux en fonction des handicaps. Un état des lieux démontre qu’aucune disposition particulière n’est prise sur les chantiers urbains en ce sens.

Dans ce but, la société SERFIM a pris contact avec Point de Vue sur la Ville, qui est à l’origine d’une campagne d’affichage AÏE ACTION destinée à alerter les citoyens sur la dangerosité de certains panneaux implantés sur les trottoirs.

Le 15 février dernier une réunion rassemble quelques cadres de la société SERFIM et deux membres du Bureau de l’association Point de Vue sur la Ville. Cette démarche intéresse tout particulièrement Point de Vue sur la Ville, car si l’association est régulièrement consultée pour des aménagements urbains à venir ou réalisés, cette démarche d’information et de protection des chantiers n’a jamais été abordée. Cette réflexion nous paraît judicieuse car la présence des chantiers en ville est source, pour les personnes déficientes visuelles, de nombreux désagréments qui engendrent souvent à minima des plaies, des bosses et de grosses frayeurs.

Les malvoyants sont autant, voire dans certains cas, plus handicapés que les aveugles.

Les problèmes les plus fréquemment rencontrés sont :

  • aucune information sur la présence d’un chantier et sa configuration
  • Encombrement des parties circulantes
  • Panneaux temporaires dangereux : leur côté verso comporte des angles coupants, des rivets en saillie,
    ils sont souvent à une hauteur inférieure à 2m (1,20m),
    Les plots de lestages comportent des angles agressifs,
    leur positionnement est variable et mal pensé et perturbe leur repérage
  • Piétements des échafaudages non protégés
  • Barrières HERAS ou Grand Lyon qui comportent des pieds de lestage en débord avec un risque d’accrochage, hauteur libre sous les barrières,
    discontinuité des barrières le long du chantier dans certains cas, la personne déficiente visuelle se retrouve de fait à l’intérieur du chantier
  • Les tunnels de passages comportant des traverses réduisent le passage à une hauteur inférieure à 2m.
    Tunnels ou passages obligés implantés à cheval sur un trottoir longitudinal.
  • Les différences de niveaux (marches) imprévues ou non équipées
  • Véhicules dont le hayon descend au niveau des tibias
  • Chantiers à fortes nuisances sonores qui obligent les non-voyants à ne se fier qu’au sens tactile
  • Pour les malvoyants le mauvais éclairage est un obstacle majeur

Solutions techniques et pratiques

Informations à l’entrée du chantier

  • Balises vocales : les personnes non-voyantes ou malvoyantes reconnues sont détentrices d’une télécommande qui leur permet de se mettre en relation avec des balises sonores qui délivrent des informations essentielles (direction, obstacles existants, services etc…). Ces informations doivent être courtes et concises : la gare de la Part-Dieu, certains bureaux de Poste, Conseil Régional, Facultés en sont pourvus.
  • Mise en place de barrières soit de contournement (obstacle total), soit de guidage vers l’axe traversier du chantier
  • Dans certains cas le contournement total du chantier doit être recommandé
  • En général l’information doit canaliser au mieux le cheminement du piéton

Equipements

  • Les barrières (de toute nature) doivent être équipées d’un bandeau plein continu en pied pour éviter le passage de la canne dans l’espace au sol (balayage horizontal)
  • Dans les zones à section réduite, le piétement en débord des pieds doit être pris en considération
  • Les panneaux sont protégés en partie verso (angles arrondis ou protégés par de la mousse
  • Les panneaux à une hauteur supérieure à 2m si cela est possible
  • Plots de lestage arrondis
  • Pieds d’échafaudages protégés par de la mousse
  • Mise en place d’un chemin de guidage. Ici, plusieurs possibilités, tapis podotactile (procédé mis au point par Eiffage), ligne de guidage en relief, revêtement antidérapant
  • Dans les tunnels, section de passage à 2m sans obstacle en pied ou en hauteur
  • Eclairage ou bandes réfléchissantes
  • Trajectoire du cheminement la plus rectiligne possible

Les hommes de chantier

  • Améliorer la sensibilisation du personnel de terrain à tous les niveaux
  • Les ouvriers de chantier ont souvent un sens inné de comment assister une personne handicapée en difficulté lors d’une traversée de chantier. Cette inclination naturelle doit être cultivée lors de la formation pour la mise en place des moyens.

Le chantier idéal pour le type de handicap abordé serait

  • Savoir quand on rentre
  • Savoir quand on sort
  • Cheminement dégagé de tout obstacle
  • Matérialisation du cheminement et équipement des dénivelés
  • Un guide de maintien horizontal (barrières)
  • Panneaux bien positionnés et non blessant
  • Chemin éclairé ou bandes auto réfléchissantes au niveau des yeux
  • Bien remettre le guidage sur le chemin de départ en continuité de l’indication de sortie du chantier

Réflexion

  • Certains équipements ou certaines dispositions existent déjà mais la mise en forme globale est inexistante
  • Comme d’autres matériels de chantier, le vol, la dégradation sont un obstacle à la mise en place d’équipements plus ou moins sophistiqués destinés à améliorer le passage de personnes en difficulté

Etape suivante

  • Nous avons traité ici les besoins exprimés par des malvoyants et non-voyants qui ne constituent pas toute la population des PMR.
  • Pour faire une évaluation la plus exhaustive possible et sur recommandation de nos interlocuteurs de Point de Vue sur la Ville nous allons contacter le CARPA (Collectif d’Association du Rhône Pour l’Accessibilité) : cette association nous mettra en relation avec des interlocuteurs handicapés moteur.

Etape future

Equipement d’un chantier type avec un préalable d’estimation financière.

Pour des équipements très spécifiques à ce projet novateur, des subventions doivent pouvoir être obtenues.

Site Internet de la société SERFIM

(Article rédigé d’après le compte rendu réalisé par la société SERFIM)