Biennale Internationale du Design à Saint-Etienne

Ce jeudi 21 mars je suis allé à St-Etienne à la Biennale Internationale du Design. Le thème de cette année est l’empathie ou la rencontre de l’autre…

Et bien ce n’est pas fait pour les aveugles, heureusement que j’étais accompagné pour la lecture de toutes les infos décrivant les objets exposés. Nous sommes loin de l’empathie et de la rencontre, il ne faut rien toucher, il y a toujours un surveillant pour l’empêcher et il n’y a personne pour expliquer, les designers sont absents…

Il faut donc passer devant des tables d’exposition où sont placées les objets. Chacun a une fiche d’explication inaccessible pour les déficients visuels. Beaucoup d’objets sont sous cloche plexi, inaccessibles donc. Ceux qui ne le sont pas sont assez loin pour que l’on ne puisse pas les atteindre avec la main.

Cependant en rusant et en trompant la vigilence des gardiens, on arrive à tâter certaines choses. Une petite tripotée vaut mieux que 100 lignes de description…

Le design concerne tout un tas de domaines, cela va de la coque pour smartphones en passant par le robot ménager, la roue de vélo, la petite voiture électrique, la caisse à outils, les intérupteurs électriques, l’acoustique, la vaisselle etc etc…

Ce qui m’a le plus impressionné, c’est l’impression 3D. Pour faire vite, une société présente un moyen original de concevoir la forme des objets. Là, il s’agissait de fabriquer des vases. Pour obtenir la forme du vase que l’on souhaite, il suffit d’émettre des sons avec la voix. Plus le son est aigu, plus la forme sera étroite, fine et élancée si le son est continu. Si le son est grave, on obtient une forme plus large. Le logiciel présente l’image du rendu avant d’envoyer la fabrication, les explications que j’en ai eues m’ont assez blufé. Inutile de vous dire que le stand avait de la fréquentation.

Je n’ai pas manqué de manifester ma surprise concernant l’inaccessibilité de la manifestation aux personnes en charge de la surveillance et je vais envoyer un mail dans ce sens à la Biennale par son site internet. Vous comprenez pourquoi je n’ai pas le même enthousiasme que lors de ma visite au Lyon City Design…